Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 21:50
PROCÈS DE GBAGBO-BLÉ GOUDÉ : Le juge-président met l’accusation en grande difficulté.

Le juge-Président et ses collaborateurs dans l’affaire Bensouda contre Gbagbo et Blé Goudé ne prendront plus en compte les déclarations arrachées sous pression à Abidjan. A contrario, le collège des juges a décidé de ne prendre en compte que les dépositions assermentées. C’est-à-dire, la Cour Pénale Internationale (CPI), à travers les juges dudit dossier ne prendront bonne note que de tout ce qui va être dit durant le procès au détriment bien évidemment des fausses dépositions arrachées depuis Abidjan.

Le collège des juges de la CPI ayant en charge le dossier Laurent Gbagbo-Blé Goudé a décidé de ne prendre en compte que les dépositions assermentées. En clair, ils ne tiendront compte que de tout ce qui va être dit dans le prétoire à La Haye. Les témoignages par vidéoconférence devront être minutieusement analysés avant d’être pris en compte lors des délibérations.
Cette décision a été prise par le juge-président, Cuno Tarfuser, lors d’un huis clos, alors que le procureur Eric McDonald se plaignait de l’attitude des témoins à charge. « Lesquels témoins plaidaient plutôt pour l’innocence de Laurent Gbagbo alors qu’à l’origine, ils l’avaient chargé à Abidjan, même lors des échanges qu’ils ont eus avec le bureau du procureur. Le premier couac serait intervenu lors d’un huis clos, à l’occasion de la comparution de Sam Jichi alias Sam l’Africain, le lundi 7 mars 2016», précise une source citée par un confrère.

Beaucoup d'éléments à charge risquent ainsi d'être écartés des arguments devant déterminer le verdict. Comment va réagir l'accusation ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Guillaume Lago - dans politique nationale
commenter cet article

commentaires